Compte-rendu de l’atelier “Festivals européens – Tribunes mobiles” (LLN, 02/07/17)

Dans le cadre du lancement de la #CitizensRoute73 les participants ont travaillé le dimanche 2 juillet dans deux catégories d’ateliers: 1) les propositions de programmes qui pourraient être présentées dans le cadre d’une campagne trans-européenne pour l’élection européenne de 2019; 2) les outils et méthodes nécessaires pour permettre l’émergence d’un vrai débat politique transeuropéen au cours des deux années à venir. La Youtube channel #CR73 a été l’un de ces outils identifiés.


Compte-rendu de l’atelier “Festivals européens – tribunes mobiles”

Dimanche 2 juillet 2017 (Louvain-la-Neuve) – Autour de Camille Dufresne (iCan/Camnete), Mathis Buis (FBN), Alex Frank (European Horizons)


Question directrice : où est-ce qu’on va avec Route 73 ?

    1. Comprendre les valeurs européennes clés. Sur quelles valeurs peut-on et veut-on s’appuyer pour pérenniser le mouvement ? Route 73, une défenseure de quelle Europe ?
    2. Définir la « touche » Route 73 But : appliquer l’ADN transnationaliste au mouvement, parler aux jeunes européens qui ne sont pas forcément dans la bulle européenne.

    3. Idées concrètes pour la tribune ERASMUS d’octobre 2017 à Toulouse.

    4. Points intermédiaires de rencontre jusqu’à 2019 quels lieux peuvent facilement devenir des tribunes (= présence de nombreux Européens) ?

Sur quelles valeurs de l’Union Européenne veut-on s’appuyer ?

L’UE vecteur de paix ; fondement même de sa création, en réaction aux deux guerres mondiales et issue du « plus jamais ça ». Le projet a donc un aspect utopiste et spontané dès le départ. L’UE c’est un facteur de paix fondamental dans ses frontières et bien au-delà. Décider de se regrouper, c’est aussi accepter de se serrer les coudes en cas de temps durs. L’UE s’est construite sur un sens de solidarité entre les peuples européens inhérent au projet initial et une volonté de vivre ensemble. L’Europe est (/était ( ?)) un continent digne qui ne cède pas face à l’horreur, la difficulté et l’adversité.

L’UE est basée sur le respect fondamental de l’autre et de la différence (cf. devise « unis dans la diversité »). Respect et acceptation de la diversité. Respect assumé de ce concept mais qui nécessite aussi une acception du chaos qui potentiellement en résulte : travailler à l’échelle européenne, c’est être confronté de plein fouet aux différences culturelles qui imprègnent fortement les interactions humaines (et potentiellement les normes de politesse et de bienséance) et les façons de travailler. L’ouverture d’esprit est donc nécessaire (beaucoup plus simple à dire qu’à appliquer à soi-même !).

L’UE un vecteur de tolérance : en Europe on est libre d’être et de penser ce que l’on veut sans avoir à craindre répression ou discrimination.

Qui sommes-nous ? Définition du projet Route 73

Miser sur le visage humain et humaniste du projet européen et donc sur la culture. La culture est un moyen extrêmement fort pour toucher les Européen-ne-s, tou-te-s les Européen-ne-s. Elle s’appuie principalement sur notre réflexion et notre perception d’humain et délivre la plupart du temps un message universel.

Une culture est composée de nombreux aspects. But : viser des concepts culturels où la langue joue un rôle secondaire (ex : chansons, conférences gesticulées etc.). En effet, l’absence d’une langue commune rend la synergie entre les Européen-ne-s plus difficile et reste une barrière notable à la cohésion européenne.

ERASMUS est l’un des seuls, si ce n’est le seul, projet humain qui a rencontré un véritable succès en Europe pour l’instant. Sans prétention aucune, ce projet a créé un lieu de rencontre entre les différents pays. Sans vouloir refaire la même chose, Route 73 doit chercher à répliquer la méthode en réfléchissant à la réalité actuelle, à ses nouvelles contraintes et ses nouveaux atouts : quelles sont les nouveaux espaces de rencontre peu exploités aujourd’hui?

Utiliser différents supports, travailler en priorité avec les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux, et internet de manière générale, permettent aux Européen-ne-s d’échanger. L’idée est donc de trouver une forme mixte : organiser des événements où les gens se rencontrent mais aussi réfléchir à une manière de garder toute cette « communauté » active et en contact entre deux événements grâce au web. Réfléchir à des formats (vidéos, photos etc.) adaptés au public « jeune » afin que les personnes n’ayant pas pu se rendre sur place puissent recevoir un aperçu de l’événement à posteriori. Les TED Talks ou les micro-interviews réalisés et montés par des sites tels que Brut., Speech, Konbini sont pour Camnete des pistes de réflexions à travailler.

  • Il faut travailler le message suivant : on a tou-te-s une culture commune, un ensemble de valeurs qui nous unit (cf. point 1.). Créer ce sentiment d’appartenance. Rendre les Européen-ne-s acteurs de cette identité, les inciter à devenir des parties prenantes de cette culture et son messager auprès des personnes qu’il/elle côtoie.
  • Problématiques à traiter :
    • Comment connecter les différents événements entre eux ; laisser à chacun sa spécificité tout en gardant un fil directeur ?
    • Comment créer une synergie entre les différents mouvements partenaires pour que la responsabilité tourne et soit assumée par plusieurs acteurs.

Idées concrètes pour le festival ERASMUS d’octobre 2017

Utiliser une des valeurs fondamentales de l’UE comme thème de l’événement à développer. L’idée d’un festival sous le signe de la dignité semble être une piste de réflexions pour Camnete. La crise des réfugiés et sa gestion catastrophique au niveau européen touche, interpelle énormément les jeunes et un large de spectre de la société en général.

De plus, c’est un thème sur lequel il n’y a absolument aucune position commune au niveau européen et qui est très peu/très mal relayé dans les médias classiques. C’est donc potentiellement un thème porteur de débats très intéressants et où il y a de l’espace pour mettre en place un format d’information un peu novateur, un peu différent de ce que l’on voit. Ce nouveau format peut trouver un public qui, aujourd’hui, n’a pas la possibilité de s’informer et de débattre convenablement sur ce sujet brûlant de l’actualité européenne.

Lieux identifiés comme potentiellement intéressants pour Route 73

  • Re:publica comme lieu pour présenter le projet (2-4 mai 2018 Berlin, DE, 1e créneau réaliste)
  • Festival International du Film d’animation d’Annecy, FR (prochaine date 11-18 juin 2018)
  • Festival International de Théâtre de Rue et des Arts de la rue d’Aurillac, FR (tous les ans en août)

Camille Dufresne, rapporteur – Alex Frank, traducteur

! Pour ceux qui sont inscrits sur nos listes vous pouvez retrouver cette proposition de programme en discussion sur notre plateforme loomio #CitizensRoute73 !